2000 ANS D'HISTOIRE EN QUELQUES DATES...

250 : Martyre du premier évêque de Toulouse, saint Saturnin, traîné par un taureau le long du « cardo » romain, jusqu'à l'extérieur du rempart. Il fut enterré dans une nécropole préexistante dont on ne sait rien, à proximité de l'église actuelle.

313 : Par l'édit de Milan, l'empereur Constantin autorise la liberté de culte à toutes les religions.   Dans les années suivantes, saint Hilaire fait édifier un petit oratoire sur la tombe. On n'en connait pas l'emplacement.

400 – 420 : Construction d'une première basilique : Le mur de son abside a été retrouvé lors des fouilles de la crypte supérieure de Saint-Sernin en 1967-1969. On n'en sait rien de plus alors qu'elle est décrite comme somptueuse et recouverte de marbre.

844 : Le roi de France Charles le Chauve séjourne au monastère de Saint-Sernin, premier texte qui atteste de la présence de chanoines, on peut supposer l'existence d'un cloître carolingien ...

Vers 1070 : Début du chantier de reconstruction de l'église actuelle.  La place du Peyrou tient son nom de « peyros » les pierres en occitan, c'est le lieu du chantier, des tailleurs, les pierres arrivent de la Garonne, proche.

Novembre 1095 : Urbain II prêche la 1° croisade au Concile de Clermont pour aller délivrer Jérusalem. Le comte de Toulouse Raymond IV est chef militaire de la croisade. 

24 mai 1096 : pour la fête de l'Ascension Urbain II passe à Toulouse et consacre la basilique en construction.

1100-1180 : premiers décors peints (peintures romanes dans le bras nord du transept).

1118 : La collégiale reçoit le titre d'Abbaye qui signale sont importance dans la Chrétienté.

1118 : Interruption du chantier : on suppose que cette interruption est due à la mort de Raymond Gayrard, opérarius, c'est à dire maître d'œuvre et collecteur de fonds pour la construction ; il sera canonisé au XVI° siècle (et donnera son nom à la place et au musée St Raymond).

1229 : Défaite du comte de Toulouse (Raymond VII) suite à la croisade contre les cathares. Le traité de Meaux et de Paris impose à Toulouse la création de l'Université, tenue par les religieux ; Il engage la promesse de mariage de Jeanne, fille du comte de Toulouse à Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, et prévoit le rattachement du comté à la couronne de France.

1235  :  Le roi Saint Louis (1226 – 1270)rachète la couronne d'épine aux Vénitiens en 1235 puis dans les années suivantes, d'autres reliques de la passion du Christ et fait consacrer en 1248 la Sainte Chapelle à Paris, reliquaire géant, couvert de vitraux, écrin de ce trésor.

1251 : Alphonse de Poitiers, dernier comte de Toulouse (de 1249 à 1271) offre une épine à l’abbaye.

1258 - 1285 : Le sarcophage de saint Saturnin est exhumé de la crypte et un baldaquin gothique, monument funéraire exceptionnel, est construit pour le mettre à la vue de tous, en hauteur.

XIII° siècle : ajout de 2 étages au clocher, puis début du XIV° : creusement de la crypte inférieure qui abrite depuis les corps supposés de 6 apôtres !

1306 : Le pape Clément V propose l'échange du Camée antique contre la construction d'un pont sur la Garonne.

milieu XIV° siècle : 13 statues des Apôtres et du Christ, gothiques, en bois polychrome (il en reste 6 aujourd'hui), attestent de l'importance du culte des apôtres à saint Sernin.

15 Aout 1385 : Elévation des reliques de saint Jacques le Majeur.

1518 : Jean Dubois sculpte les portes renaissance d'accès aux cryptes (Christ, coquilles, ...)

Dimanche 14 Mars 1518 : Miracle des « images » les statues des apôtres se soulèvent du sol, en réprobation d'un blasphème.

1523 : reconstruction du collège saint Raymond, seul bâtiment subsistant de l'abbaye et actuel musée Saint Raymond.

1528 : Ex-Voto de la Peste, maquette en cire de la ville, reconstruit en bois au XVIII° siècle.

1533 : François I° s’approprie le Camée antique.

1536-1542 : Ensemble des peintures du chœur dans le style de la renaissance italienne.

1545 : Concile de Trente (1545-1563) avec le pape Paul III , réaction à Luther et à la réforme protestante.

du 11 au 17 Mai 1562 : bataille des catholiques contre les protestants, saint Sernin est assiégé ; les protestants sont chassés de la ville le 17 mai Jour de la Pentecôte ! Chaque 29 mai de 1563 à 1791 : procession annuelle commémorant la victoire de « la vraie religion ».

Première moitié du XVII° : boiseries baroques du déambulatoire (contre-réforme).

1668 : incendie des stalles du chœur du XV° siècle, reconstruites en 1670 sur le modèle de celles de la cathédrale Saint-Etienne, ainsi que le jubé par le grand sculpteur Gervais Drouet.

XVIII ème S. : Le baldaquin baroque de Marc Arcis remplace le baldaquin gothique.

1772 : Abandon des cimetières autour de Saint Sernin.

1790 : Dissolution du chapitre, la confrérie des Corps Saints disparaît, Saint Sernin devient église paroissiale.

1793-1803 : vente de l'abbaye comme bien national, saisies révolutionnaires de l'orfèvrerie.

1803 – 1808 : Destruction du cloitre par le maçon Arnaud Traverse, qui transforme le lieu en jardin, surélevé et clos par des éléments de réemploi du cloître, c'est de ce mur que deux chapiteaux romans ont été dégagés lors des sondages de l'été 2015 (voir article de A. Gady.

1808 : Destruction du Jubé, réduction de 2 travées de stalles.

1811 : A l'occasion du baptême de l'Aiglon, Mr Bellegarde (maire) offre à Napoléon I° l'évangéliaire de Charlemagne (pièce du trésor) calligraphié en lettres d'or par Godescalc en 781, aujourd'hui pièce rare de la Bibliothèque Nationale.

1837 : Saint-Sernin est classé monument historique.

de 1860 à 1879 : Restaurations de Violet-Le-Duc (mort en 1879) : intérieur et toitures.

1871 – 1890 : Le collège Saint Raymond devient presbytère puis Musée.

1872 à 1878 : Dépose des boiseries baroques.

1889 : Orgue de Cavaillé-Coll : 54 jeux, 3 claviers, 3458 tuyaux (restauré de 1992 à 1996).

1952 : Exposition des boiseries baroques restaurées au Musée des Augustins.

17 Mai 1953 : L’autel roman est placé à la croisée du transept et consacré comme autel majeur *.

1967-1969 : Fouilles de la crypte supérieure : découverte de l'abside de l'église paléochrétienne de Sylve et Exupère.

1970-1978 : Décapage des enduits des murs intérieurs, dérestauration des cryptes et découvertes des peintures murales du transept.

1971 : Creusement du parking de la place du Capitole, les imposantes fortifications et la porte romaine mises au jour sont rasées en 3 jours sans aucune fouille préalable.

1971-1979 : Restauration des boiseries des chapelles et reconstitution du « tour des Corps Saints » du déambulatoire.

1981-1990 : Dérestauration des toitures de Violet-Le-Duc par Yves Boiret, retour à l'aspect du XIV° siècle.

1996 : restauration de la porte Miégeville, chef d'œuvre de l'art roman toulousain.