E-mail adressé le 30 janvier 2017 à Mmes Escudier, Laigneau,
copie à Monsieur le Maire J.Luc MOUDENC
 
Bonjour,

Lors de nos discussions relatives a l'absence de fouilles programmées sur le site de Saint Sernin (préliminaire indispensable selon nous aux travaux de réfection des réseaux t à l'urbanisation de la place), vous nous avez affirmé que toutes les précautions seraient prises afin de préserver les vestiges existants sous les revêtements actuels.

Vous nous avez aussi garanti la présence sur site d'archéologues susceptibles de "réagir" à tout manquement  des instructions données afin que la moindre découverte puisse faire l'objet de la protection et / ou du traitement adéquat.

Or nous constatons ce matin, au début de la rue Saint-Bernard, non loin du café Saint-Sernin, une tranchée profonde, dont tous les gravats, toutes les terres, archéologiques bien sûr, sont aspirés par un énorme tube qui rejette tout cela dans un camion bien clos.  Donc, s'il y a quelque vestige ou objet intéressant (monnaies, fragments sculptés ou inscrits, céramiques, etc.) tout s'en va incognito..

Ou sont les équipes de contrôle promises ? Ou est le  respect "garanti"  et annoncé à grand renfort de communication ? Nos craintes d'un labourage et d'un mitage du site, plusieurs fois rappelées et exprimées sont malheureusement justifiées.

Nous vous demandons en conséquence, à défaut de stopper les travaux (nous sommes pragmatiques) de renforcer les mesures de contrôles et surtout de cesser l'aspiration mécanique des gravats qui doivent IMPERATIVEMENT faire l'objet d'un traitement / tamisage sur site !
 

A noter que  ces "déchets" ne seront pas forcément perdus pour ceux qui observeront ces gravats en bout de chaîne, lorsque le camion sera vidé à la décharge. A deux pas de cette tranchée a été trouvé au XXe siècle un magnifique sarcophage sculpté, perdu pour Toulouse, puisqu'il s'est ensuite vendu à Paris à l'Hôtel Drouot !

Comment faire confiance à un chantier organisé ainsi ?

Nous restons vigilants et à votre disposition au plus vite pour évouer encore une fois les solutions alternatives qui pourraient être mises en œuvre pour éviter une nouvelle fois un désastre archéologique !

Dans l'attente de vous lire.
Bien cordialement


PJ : photo du camion aspirateur déjà utilisé et qui est à nouveau à l'oeuvre sur le site